Hippisme

Serge Gérard ou le retour au premier plan du Jalobey Racing


L’écurie Jalobey Racing s’élancera avec de bonnes cartouches ce vendredi à Casa-Anfa à l’occasion de la Journée du Grand Prix de Son Altesse Royale le Prince Hériter Moulay El Hassan. La structure de la Famille El Alami pourra compter sur son nouvel entraîneur pour amener au top ses représentants.

La qualité plutôt que la quantité. Sharif El Alami est fidèle à sa promesse formulée dans nos colonnes. L’écurie Jalobey Racing qu’il dirige et qui est associée sur plusieurs pur-sangs avec Tony Forde (Atlantic Racing) semble avoir tourné la page après une année 2017 grise en faisant appel au service de Serge Gerard. Son nom n’apparaît pas encore sur les programmes, mais ce n’est un secret pour personne, l’entraîneur français est bel et bien le choix du charismatique détenteur de la casaque grenat et blanche.

2017 une année grise
Pour une autre écurie que celle de Sharif El Alami, on aurait qualifié la saison 2017 de bonne, voire d’excellente. Mais pour les grenats et blancs, elle était moyenne, tirant vers le bas. Certes, elle avait gagné deux courses principales et 27 autres compétitions, mais sa force intrinsèque est tellement supérieure à bon nombre de ses adversaires qu’elle avait tout simplement assuré le service minimum.

Le « renouveau » de l’écurie Jalobey Racing
Avec 25 victoires pour 52 participations cette année (si l’on englobe les performances de l’écurie Atlantic Racing), Serge Gerard a donc eu un impact concret sur les résultats du Jalobey. Si les anciens Famous Mark (Mr Sidney) et Striving (Koningstiger) ne sont pas étrangers à ce renouveau, c’est surtout l’éclosion de nouveaux talents qu’il est intéressant de noter. Aishak Maamora (Nashwan Al Khalidiah), Niza Maamora (Nizam) et Atlas (Colossus) n’ont ainsi jamais connu la défaite en 2018, faisant à chaque fois forte impression. De quoi envisager l’avenir sereinement pour Sharif El Alami. 

Un fin connaisseur des courses marocaines
Serge Gérard avait débuté sa carrière en France où il a été le bras droit de Jean de Roüalle durant près de deux décennies au sein d’une écurie classique dont les fers de lance ont été Caerlina (Caerleon) et Satwa Queen (Muhtathir). C’est en 2009 qu’il a été appelé par Zakaria Hakam pour venir entraîner ses chevaux au Maroc. Le courant était rapidement passé entre eux, si bien que dès sa première saison dans le Royaume, Serge Gérard s’était hissé parmi les têtes d’affiche du circuit. Malheureusement, Zakaria Hakam décéda en 2011, et ses héritiers prirent le relais. Si en 2014, après cinq années de bons et loyaux services, Serge Gérard dû alors rendre son tablier, ce n’était pas par choix, puisqu’il avait offert de nombreux titres à la Famille Hakam grâce à des champions comme Zack Dream (Dream Well), Zaza (Mon Ali), Tamar Tabeth (Dormane), Knizou (Mon Ali) et autres Zack Country (Country Reel). Quoi qu’il en soit, après son départ, ce professionnel aussi discret que talentueux avait su rebondir en rejoignant l’écurie de Rachida Allali, pour qui il a notamment remporté le Grand Prix Moulay El Hassan (Gr3 PA-2.100m) avec Aristote du Croate (Dormane) avant d’effectuer un passage peu concluant par l’écurie de M’hammed Karimine. Avec la structure de la Famille El Alami, sa carrière a donc repris un nouvel élan.


Partager
LIRE AUSSI
Prix Krach : Un succès mérité et une double chute !
Prix Mahaf (A) : Tryana de Grine fait parler sa vitesse
France : Arise tombe sur meilleur