Hippisme

Marocains de l’étranger : Marwan Acharid, l’info hippique internationale et marocaine en arabe….


Le Marocain Marwan Acharid, âgé seulement d’une petite trentaine d’années, vient de mettre en ligne son site internet d’information hippique avec une page facebook du même nom : Faras Tv. Un défi pour ce journaliste, car en arabe, c’est le premier à accorder une place aussi grande aux courses marocaines dans le traitement des actualités internationales.

Bien souvent, lorsqu’un néophyte installé à l’étranger s’aventure à parler sur un sujet comme les courses marocaines, il pense amateurisme, dopage ainsi que magouille. Mais pourtant, lorsqu’il creuse un peu, il se rend vite compte que la réalité a été concassée, filtrée ou altérée par des années et des années de grand n’importe quoi. En fait, sa perception est brouillée par les aigreurs d’une certaine presse française, voire causée par quelques-uns de nos confrères qui essaient de s’imaginer des choses avec le peu d’indices qu’ils ont……En plus, si vous pouviez voir qui se cache derrière tout cela, vous n’y prêteriez même pas attention, puisque leur motivation est bien souvent l’argent, le pari-hippique ou la reconnaissance de leur travail uniquement par une certaine élite. Heureusement qu’il existe encore une catégorie de journalistes dont les maîtres-mots sont la passion, l’amour de ce sport ainsi que du Maroc. On pense notamment à Marwan Acharid qui exerce aujourd’hui sa profession entre les EAU et le Royaume Chérifien. Voilà un bon exemple de ce qu’on pourrait nommer un “journaliste” servant la cause des courses marocaines. Déjà considéré comme le meilleur spécialiste marocain de la presse hippique arabe, il a lancé dernièrement Faras TV, un site d’information hippique consacré aux courses internationales et celles du Royaume. Une preuve qu’il y a quelques années, son arrivée dans ce milieu n’était pas dû hasard et uniquement au besoin de se nourrir. D’ailleurs, si on avait vraiment pris le temps de décrire son parcours, et donc sa personne, tout cela aurait parfaitement illustré ce qu’était le milieu des courses marocaines depuis l’arrivée de Mr Omar Skalli à la direction générale de la SOREC : un monde dynamique, fait de passionnés, amoureux de pur-sangs mais aussi et surtout du Maroc.

 

 


Partager
LIRE AUSSI
France : Cinquième du dernier Grand Prix Mohammed VI, Al Mouwaffak tire sa révérence et rejoint le haras
Billet : Les étalons « SOREC » en première ligne
Journée du Prince Héritier : Le verdict des quatre autres “CP”