Hippisme

Les professionnels des courses marocaines sur les réseaux sociaux


Les réseaux sociaux (facebook, twitter) sont devenus incontournables au fil des ans, attirant de plus en plus de professionnels du monde hippique. Des jockeys, des entraîneurs, des propriétaires ou encore des naisseurs communiquent sur la toile. Mais au Maroc, à quelle hauteur sont-il vraiment représentés et comment utilisent-ils ces fenêtres ouvertes ? Éléments de réponses.

Le réseau social est finalement un terme assez ancien, puisqu’il représente un groupe de personnes rattachées entre elles par des échanges. L’arrivée d’internet n’a fait qu’élargir et multiplier les connexions, étant un moyen pour chacun d’exprimer sa pensée. Professionnellement parlant, les réseaux sociaux  sont d’ailleurs un outil de promotion et de communication totalement gratuits. Les footballeurs en sont de grands consommateurs. Quelques minutes après leur triomphe lors de la Coupe du Monde en Russie, des dizaines de photos des vainqueurs n’ont pas tardé à être publiées. Antoine Griezmann le premier. Le Français est un fin utilisateur des réseaux sociaux, dont il se sert également pour exprimer sa passion des courses hippiques. Mais quant est-il vraiment de la situation dans le Royaume ?

Etats des lieux de notre milieu….
Au Maroc, la première vraie tentative remonte à l’année 2012 avec Jaouad Khayate qui publiait les photos de ses plus belles victoires. Le public avait suivi et le talentueux pilote compte un peu plus de 960 followers sur facebook à ce jour. Mais malgré le succès de sa démarche, il a fallu un certain moment avant que d’autres professionnelles des courses marocaines ne le rejoignent. Toutefois, le nombre de pages et de comptes augmentent petit à petit. Ainsi, chez les jockeys, Abderrahim Faddoul ou encore Omar Lakjel sont également visibles sur facebook. Jeune entraîneur, Stéphanie Haesmans a elle aussi pris le train en marche. En grande forme cette saison, la professionnelle française tapote sur son clavier pour publier les photos et les articles de presse de ses victoires. Du côté des propriétaires ou des naisseurs, l’écurie Zakaria Hakam est également active aux côtés de celle de Abderahman Laraichi, de Zakaria Semlali (écurie green spirit) ou encore de Kamal Daissaoui. Grace aux réseaux sociaux, les portes de ces structures s’ouvrent à tout curieux désireux de découvrir l’envers du décor. Un excellent moyen pour dévoiler les coulisses de notre milieu et de le faire apprécier au plus grand nombre.


Partager
LIRE AUSSI
Prix Arziz (A) : Une édition relevée mais ouverte
Prix Bah Rouah (A) : Un nouvel horizon pour Dragkey
News : Les grandes dates au Maroc en 2019