Hippisme

Grand Prix Prix Hassan II (CP) : Az-Zubayr ou le sacre d’un immense entraîneur


Il y a des exceptions qui confirment la règle. Comment ne pas accorder, à nouveau, la primauté à Joël Seyssel -que nous évoquions déjà ici même, la semaine dernière- à l’issue de la victoire de Az-Zubayr (Sensible) devant sa compagne d’écurie Lislounja (Jalis), tant l’entraîneur français aura marqué de son empreinte la mémoire collective des courses marocaines.

C’est qu’il y a beaucoup à dire sur la chose. D’abord, nous voudrions souligner, à l’endroit du cheval lauréat mais aussi de son dauphin de vendredi, en l’occurrence la belle Lislounja (Jalis) que tous deux proviennent des Sablons et que ce n’est pas une mince satisfaction de voir cette écurie triompher. Dans un article publié la semaine dernière (version papier), nous n’avions qu’un espoir : voir l’écurie royale et son entraîneur Joël Seyssel prendre les quatre premières places, avec leur quatre représentants. Or, notre souhait, évidemment peu partagé par leurs adversaires, n’a pas été exaucé, reste que c’est bien le vrai Az-Zubayr (Sensible) qui avait triomphé dans cette épreuve en 2017 ou vaincu Famous Mark (Mr Sidney) l’an passé dans le Grand Prix Mohammed VI (CP-2.400m) qui a vaincu à Casablanca, offrant ainsi un nouveau “Hassan II” au professionnel français ainsi qu’à l’écurie du Haras Royal les Sablons. Seize ans après la victoire de Baba Meski (Pigeon Voyageur), ils remportent pour la onzième fois ce Grand Prix depuis le début de ce nouveau millénaire. Mais pour le jockey du lauréat, Saïd Madihi (auteur d’un fantastique coup de deux vendredi dernier), il s’agit du premier succès dans cette épreuve.

Le deuxième cheval à réaliser le doublé durant les années 2.000
On retiendra que depuis le début du siècle, Az-Zubayr (Sensible) devient le deuxième cheval à réaliser le doublé dans ce Grand Prix Hassan (CP-2.100m) après son compagnon d’écurie, l’inoubliable Mayar (Sensible) lauréat en 2010 et 2012. Il a ainsi magistralement effacé sa première moitié de saison, un peu en demi-teinte pour un cheval avec un tel palmarès. Qu’avait il durant le premier semestre cette année ? Les interrogations sont toujours d’actualité. Peut-être était-il souffrant, peut-être était-il fatigué après ses luttes épiques, seul Joël Seyssel a la réponse. En tout cas, l’entraîneur a su retrouver son cheval durant les dernières semaines, et l’amener au top pour son premier objectif de l’automne.

Dommage pour ses rivaux
On ne peut pas dire que sa compagne d’écurie, Lislounja et la resplendissante Zineb El Briouil, n’auraient pas mérité ce succès. Après avoir longtemps mené, ce tandem a réussi à repousser l’attaque du « Sedrati » Can Vocifer (Canford Cliffs). On a même cru qu’il allait pouvoir l’emporter. Mais, dès au poteau des 200 derniers mètres, Az-Zubayr (Sensible) a commencé à regagner beaucoup de terrain. Lislounja est devenue un peu brouillon. La fille de Jalis n’a pas vraiment remis le coup de reins suffisant, tandis que le futur lauréat a répondu avec application pour ajuster sa coéquipière. Finissant quasiment sur la même ligne que ses deux rivaux, Can Voicifer s’est classé bon troisième. Honneur et bravoure donc pour ce représentant de Fal Stud, mais l’ambition du Docteur Azzedine Sedrati de remporter un premier Hassan II a été à nouveau repoussé.

Un écart, un gros écart
Un écart, il y en a eu un gros dans la ligne droite de ce « Hassan II ». Si les trois premiers ont toujours conservé leurs lignes dans la ligne droite. Ce n’est pas le cas du représentant de Mustapha Dahani, Show of Grine (Hermival) qui a fini dernier. A la sortie du tournant final, le partenaire de Ahmed Lakjel a visiblement gêné, l’un des autres atouts du Haras du Haras Royal les Sablons, Flûte Enchantée (Sensible) confiée à l’inexpérimentée, Houda Lambarki Drissi qui aurait pu tomber. Malgré tout, toutes deux sont revenues terminer à toute vitesse, s’octroyant une bonne cinquième place à nette distance, compte tenu des circonstances. A l’heure d’aujourd’hui, tout comme pour Az-Zubayr (Sensible) et Lislounja (Jalis), difficile de prédire qu’elle va être son avenir. Néanmoins, d’après nos informations, elle pourrait être revu prochainement dans le Grand Prix de Meknès. Une chose est sûre, Az-Zubayr sera revu le mois prochain dans le Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI (CP-2.400m) où il remettra son titre en jeu. Ce jour là, le 6 ans mériterait d’être accueilli comme un samouraï, lui qui devançait à l’issue d’une lutte à jamais gravé dans les mémoires, le jeune retraité Famous Mark (Mr Sidney).

 


Partager
LIRE AUSSI
France : Soupha au départ d’une listed ce dimanche à Maisons-Laffitte
Vizikendy permet à ‘’papi’’ Saïd de retrouver le sourire !
Prix Fadini (C) : Flûte Enchantée I, ce n’est pas du pipo !