Hippisme

Grand Prix Mohammed V (CP) : Atlas ne fait pas dans la dentelle


Alors que l’écurie Karimine a triomphé dans les Poules et le Derby vendredi dernier à Anfa, le 4 ans du Jalobey Racing, Atlas (Colossus) a survolé le temps fort de cette journée, le Grand Prix Mohammed V. Sous la conduite de Abderrahim Faddoul, l’élève de Serge Gérard a signé sa première victoire à ce niveau et se hisse parmi les meilleurs pur-sang anglais évoluant actuellement sur le circuit marocain. 

L’heure de la Journée du Grand Prix Mohammed V avait sonné vendredi dernier sur l’hippodrome de Casablanca. Avec le mois du Ramadan, ce n’était pas l’affluence habituelle des grands jours, mais tout comme les oranges fluo un peu plus tôt dans l’après-midi, un né et élevé de 4 ans a mis une ambiance de feu en laissant une impression de dingue dans l’épreuve majeure du jour. Son nom : Atlas (Colossus). Le cheval est à noter haut sur vos calepins car sauf incident, il devrait refaire parler de lui, notamment en fin de saison dans le Mohammed VI. Une chose est sûre, deux mois après son récital grâce au succès de Famous Mark (Mr Sidney) devant ce fils de Colossus dans le Moulay Rachid, le trio El Alami/Gérard/Faddoul n’a rien lâché et poursuit sa razzia dans les “CP” pour pur-sang anglais d’âge.

Seul au monde dans une arrivée de 4 ans
Facile vainqueur du Prix Carmaux (C-1.900m) pour sa dernière sortie le 26 avril dernier, Atlas (Colossus) a donc récidivé à un tout autre niveau. En l’absence de son compagnon d’écurie Famous Mark (Mr Sidney), le fils de Colossus s’est imposé de bout en bout, ridiculisant même ses onze adversaires du jour. Avec un écart de 20 longueurs à l’arrivée, le cheval et son partenaire Abderrahim Faddoul n’ont jamais rien lâché pour triompher en solitaire. En revanche, on peut dire que derrière eux, c’était sauf qui peut. Mais l’autre MOR au départ, Can Voicifer (Candford Cliffs) qui a longtemps galopé dans son sillage ainsi que le “Karimine”, Shining Dawn (Frankel) toujours vu en bon rang lui aussi, ont quand même même fini dans cet ordre pour compléter un podium composé exclusivement de chevaux âgés de 4 ans.

Un sujet longtemps ménagé
Arrivé aujourd’hui à maturité, Atlas (Colossus) compte désormais cinq victoires et trois accessits en neuf sorties. Sa deuxième place dans le dernier Grand Prix du Prince Moulay Rachid (CP-1.900m) était sa meilleure performance jusque-là, lui qui n’avait débuté en compétition que l’an passé au mois de juin de ses 3 ans. A l’heure actuelle, seul son entourage sait s’il va entamer avec lui sa route vers le Grand Prix du Prince Héritier Moulay El Hassan (CP-2.100m) à l’affiche le 19 juin prochain, toujours sur la piste de Casablanca. Mais avec des pur-sangs aussi talentueux que lui ou son aîné Famous Mark dans leurs boxes, la Famille El Alami et Serge Gérard n’auront vraiment que l’embarras du choix pour ce jour-là.

Un nouveau Sultan
Succédant à son ancien compagnon d’entraînement, Striving (Konigstiger) vainqueur aussi en 2016, Atlas (Colossus) a offert  un troisième “Mohammed V” au team Jalobey. Son fondateur Sharif El Alami avait également brillé avec Striving, mais sous la bannière de Atlantic Racing. Avant cela, sa casaque grenat et blanche s’y était donc déjà illustrée par deux fois. La première en 2009 avec l’importée Veidhleadoir (Malibu Moon) puis en 2015, mais pour son propre élevage cette fois avec un frère de Atlas, Sultan (Sensible) qui était  le dernier MOR à avoir triomphé lors de ce grand rendez-vous.

La SOREC à l’honneur
Frère utérin également de Hirohito (Exceed and Excel) vainqueur du « Moulay Rachid » en 2012, Atlas est donc issu de Hula Hands, mais surtout de l’étalon des Haras Nationaux, Colossus (Danehill) dont la première génération de MOR n’a que quatre ans. Du coup, on peut estimer que la SOREC a réalisé une belle opération, puisque c’est elle qui a importé le père de Atlas au Maroc en 2014. Une victoire d’autant plus symbolique pour l’équipe de Omar Skalli, que le cheval s’entraîne désormais au nouveau centre de Bouznika, l’un des projets menés à bien avec succès par la SOREC durant les dernières années.  


Partager
LIRE AUSSI
Prix Ezz El Arab (A) : Kerchera est toujours là
Mazahills, la classe à l’état pur !
France – Prix Dormane (Gr3 PA) : Hajres offre une grande victoire à l élevage tunisien