Hippisme

France : Fourcy ravit la vedette à la MOR Salma Nour Grine


Parmi les temps forts la semaine dernière en France, le Prix Razzia III (Gr3PA-1.900m) qui réunissait cinq pouliches de 3ans estimées, promettait de revêtir un caractère historique vendredi dernier sur la piste de la Teste-de-Buch en cas d’une victoire de la représentante de M’hammed Karimine. Mais malheureusement…..

Tout ou presque suggérait de la part de la nouvelle étoile montante des courses marocaines, Salma Nour Grine (No Risk Al Maury) que cette pouliche deviendrait le premier cheval né et élevé au Maroc à remporter un Groupe 3 PA en dehors de ses frontières, même si nous avions un peu de mal à la situer par rapport à l’opposition. Mais pour nous convaincre définitivement que tout était réuni pour la voir triompher, “Salma” s’élançait bien avec l’extrême onction de son nouvel entraîneur, Elizabeth Bernard. Il y a quelques semaines, la représentante de M’hammed Karimine qui avait remporté à Casablanca en avril dernier la Poule d’Essai des Pouliches (CP-1.700m) lorsqu’elle était encore sous la responsabilité de Eduardo Buzon, avait loupé le coche pour sa première sortie en France, étant certes devancée, mais au niveau Groupe 2 PA et pour des débuts sur le gazon. Du coup, sa troisième place dans la Qatar Coupe de France des chevaux arabes (Gr2PA-1.600m) avait vraiment ravis son entourage, ainsi que tous ses supporters et peut-être même encore plus son nouvel entraîneur, Madame Bernard, vu l’optimisme débordant dont celle-ci faisait preuve dans les minutes précédant la course de vendredi au micro d’Equidia. Et d’ailleurs, la fille de No Risk Al Maury, associée à la légende vivante Olivier Peslier, était tout à fait envisagée comme difficile à battre à en croire le tableau des côtes avant coup (8 pour 10). Alors, certains de nos confrères ont refait la course de “Salma” qui aurait été soit disant affectée par un manque d’imagination de son jockey Olivier Peslier (LOL) mais dans la ligne droite, après avoir été montée dans le dos de l’animatrice Gitane du Pouy (Dahess), la favorite a eu son jour à trois cents mètres de l’arrivée et l’aurait sans doute emporté avec un peu plus de qualité. De fait, même si finalement, le manque de train l’a un peu desservi, les annales consignent le nom d’une élève de Thomas Fourcy, Ryme Al Cham (Af Albahar) d’un nez devant sa compagne d’écurie, Um Taj (Al Mamum Maunlau) juste devant la “Dell’Ova” Mzoon (Kerbella) alors que la quatrième place revient d’un nez à Salma, les quatre premières étant enregistrées en moins d’une longueur à l’arrivée.
Pour conclure, ajoutons que le nom de Thomas Fourcy est un nom bien connu au Maroc puisqu’à chaque fois que l’entraîneur français s’y déplace, c’est pour enregistrer un succès avec un de ses élèves. Et d’ailleurs, l’ancien jockey d’obstacle, aujourd’hui entraîneur particulier des pur-sang arabes du Cheikh Joaan Al Thani, avait notamment remporté le Grand Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI (Gr3PA-2.100m) en 2015 avec Al Antara (Akbar) pour le compte d’un certain M’hammed Karimine.


Partager
LIRE AUSSI
Ichi Bouaroua cinquième en Tunisie
Carton plein pour les couleurs présidentielles d’Abdeljabar Boumelha
Prix Nasrullah (E) : Débuts d’une sœur de Danim et Badawa