Hippisme

Billet : Bientôt la barre des 800 pour Jaouad Khayate


Si l’on demandait à un parieur pris complètement au hasard de citer son jockey favori, le nom de Jaouad Khayate ne sortirait plus très souvent depuis maintenant deux ou trois saisons. C’est une immense erreur, car le pilote de 33 ans est toujours l’un des meilleurs du peloton marocain (huit fois dans le top 10 de la cravache d’or depuis 2010). Un peu moins présent sur le devant de la scène après son expérience avortée au sein de l’écurie Karimine, il  a pourtant décroché samedi à Khemisset avec Antar I (Leeroy de Chaillac) ainsi que Nom de Plume (Aussi Rules) le 792ème puis le 793ème succès de sa carrière. Donc aujourd’hui, même si selon-nous, il ne bénéficie plus de l’aura qu’il mérite ou qu’il avait encore il y a trois ou quatre ans, sa « belle gueule » et sa sympathie naturelle n’aidant visiblement pas à lui trouver des meilleures montes, on peut dire qu’il est vraiment difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Dans les grands rendez-vous et même les plus petits, le jockey, qui a quand même bénéficié de la confiance de la Famille El Alami puis de M’hammed Karimine durant plusieurs saisons (travailler avec ce genre de propriétaires, cela n’est forcément pas à la portée de n’importe qui) ne se loupe quasiment jamais. Durant ces 10 dernières années, il a certes était associé à plusieurs « vedettes » à l’exemple de Hirohito (Exceed and Excel), Djarnizam Maamora (Nizam), Royal Storm (Royal Assault), Chehrazad (Maslamah), Aristote du Croate (Dormane), Faywarda (Il Warrd), I Am There (Medicean) ou encore Eclipse (Madjani) mais il est vraiment difficile de dire de lui qu’il a vraiment « merdé » un jour une de ses montes. Quoi qu’il en soit, hier après-midi, sa victoire avec l’inédit Antar I (Leeroy de Chaillac) dans le Prix Azrou (D-1.700m) mérite vraiment d’être saluée comme il se doit, car son partenaire est le frère utérin du vainqueur de Poule d’Essai des Poulains (CP-1.750m) Eclipse, et puis, il a quand même relégué ses adversaires dans le lointain. L’entraîneur du poulain, Thami Cherkaoui qui confiait déjà les rennes de son entraînement à Khayate lorsqu’ils travaillaient encore tous deux pour le compte de l’écurie Jalobey Racing, fait parti des entraîneurs lui ayant toujours accordé beaucoup de crédits. Doué, efficace et appelé très souvent par de grands metteurs au point : que faut-il exiger de plus d’un jockey ?


Partager
LIRE AUSSI
Zineb El Briouil : les chiffres à retenir
Focus : Les pur-sang anglais de 3 ans marocains sont-ils bons ou mauvais ?
Selon le site de la SOREC, Anodin a une MOR en âge de courir